20 de setembre de 2016 a Lauttasaari

dilluns, 10 de maig de 2010

També la llengua francesa és bella

He trobat una cançó que parlava d'avui amb un amic.

Sempre m'agrada buscar a la xarxa ..

No és el mes de setembre, però no m'importa, vaig a escoltar ara.




Un vingt-deux septembre au diable vous partîtes,
Et, depuis, chaque année, à la date susdite,
Je mouillais mon mouchoir en souvenir de vous...
Or, nous y revoilà, mais je reste de pierre,
Plus une seule larme à me mettre aux paupières :

Le vingt-deux septembre, aujourd´hui, je m’en fous.
On ne reverra plus, au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me ressemble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en souvenir de vous...

Que le brave Prévert et ses escargots veuillent
Bien se passer de moi et pour enterrer les feuilles :
Le vingt-deux septembre, aujourd´hui, je m’en fous

Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d’ailes,
Je montais jusqu’au ciel pour suivre l’hirondelle
Et me rompais les os en souvenir de vous...
Le complexe d’Icare à présent m’abandonne,
L'hirondelle en partant ne fera plus l’automne :
Le vingt-deux septembre, aujourd’hui, je m´en fous

Pieusement noué d’un bout de vos dentelles,
J’avais, sur ma fenêtre, un bouquet d´immortelles
Que j´arrosais de pleurs en souvenir de vous...
Je m´en vais les offrir au premier mort qui passe,
Les regrets éternels à présent me dépassent :
Le vingt-deux septembre, aujourd´hui, je m’en fous.

Désormais, le petit bout de cœur qui me reste
Ne traversera plus l’équinoxe funeste
En battant la breloque en souvenir de vous...
Il a craché sa flamme et ses cendres s’éteignent,
A peine y pourrait-on rôtir quatre châtaignes :
Le vingt-deux septembre, aujourd´hui, je m'en fous.


Et c’est triste de n'être plus triste sans vous.

6 comentaris:

Salvador ha dit...

Fa anys que no sentia aquesta cançó.

Carme ha dit...

Doncs... jo no fa gaires anys, mai no he deixat d'escoltar Brassens. Tenim a casa tots els seus discos i totes les cançons. És genial! La llengua francesa és bella, i Brassens la utilitza de meravella!

Francesc Mompó ha dit...

Des de ben jovenet que escoltava Brassens. Coincidesc amb tot el que ha dit la Carme.
Salut i Terra

manjacostel ha dit...

Tot juste '"es dtriste d'èstre triste sens vos".
Un eisilat italian , coma Cabrel o
Un exilé italien comme Brassens, o Yves Montand , o Coluche, o Regiani , e autres milierats que cercavan pas que de se far, qui ne cherchaient pas que de se faire reconnaître , reconeisser e que s'en chautavan de la lenga d'òc , et qui s'en foutaient totalement de la lenga d'Oc vist que ne volia pas la cantar o la parlar. Vu qu'ils voulaient être reconnus sur les planches parisiennes
. Imagine Montand est né à Marseille , il parlait avec un accent du midi à couper au couteau. Et quand tu le vois sur les écrans il parle comme un titi parisien. Triste d'être triste sans vous.
Qual auria envèja de parlar la lenga mespresada? Quitament pas los arabis... Personne n'a envie de parler la langue peprisée , y compris les arabes de Marseille qui font assaut de subjonctif. Pauvre de nous?
Personne à commencer par les emigrés italiens ne souhaite parler la langue mesprisée.
Lo malastre de l'Occitania aquò's totes aqueles emigrats que , mantuns còps parlavan occitan, mas que volian pas que parlar lo françès mai que lo françès. E que son contents de parlar françès sens jamai dire un mot occitan, una capitada , es a dire que los italians qu'arrivavan dins França se'n chautan de las lengas regionalas e parlan ponchuts, çò qu'es normal.
Nosautres sem complètament oblidats e que "c'est triste de n'être plus triste sans vous"...
Lor direm que los temps cambian...
Gros poton, un bisou pour toi

Joana ha dit...

La tenim tan a prop que és impossible oblidar-la. Jo la vaig estudiar durant 7 anys et je l'adore!
Gràcies Merike per la musique de Brassens!

merike ha dit...

Salvador:
Jo mai havia sentit aquesta cançó abans .. Vaig veure algunes paraules de les lletres i va tractar de trobar! Fàcil!

Carme:
La llengua és bella si el que parla és també.

Francesc Mompó:
M'agrada el seu veu. He escoltat altres canc,ons de Brassens peró aquesta no. A Finlàndia no parlen moltes persones francès, jo també malament;)

Manjacostel:
Interessant a saber. Bisou!

Joana:
He estudiat durant 3 anys ...1967. L'occità gascó mai parlava francès a mi, així que ha d'haver estat realment dolenta. Vaig tractar d'estudiar a la universitat, però el lloc em va fer terroritzada. Petons!